J'ai enchaîné mon voyage à Okinawa avec celui vers Nagano, mais pas aussi bien que je l'aurais souhaité.

Vraiment, je sais pas ce que j'ai fait à ce moment là au dieu du voyage pour que mon avion ait 1 heure de retard sur 2 heures de vol... Du coup, j'ai raté mon train prévu pour Nagano et donc j'ai raté mon bus pour Hakuba où se trouvait normalement mon logement. Les petites bourdes de voyage, ce n'est pas bien grave. J'ai donc acheté mon billet pour Nagano et j'ai réservé une auberge de jeunesse pour passer la nuit à Nagano.

Nagano

L'auberge a eu plusieurs avantages : celui d'être vraiment pas chère (21€ la nuit), celui d'offrir la possibilité d'avoir quelques conversations sympathiques et celui d'avoir un accès rapide au plus beau temple de Nagano, le Zenkoji Temple. J'ai naturellement profité de mon lendemain pour visiter celui-ci et déambuler dans la ville.

Nagano fait partie de ces villes avec un véritable charme, quelque chose d'authentique (enfin le centre-ville). La région étant située plus au nord de Tokyo, les cerisiers ne sont pas encore en fleurs ici. Mais le temple est magnifique. Il possède un passage souterrain complètement immergé dans le noir où il faut avancer à l'aveuglette. Une expérience assez folle : bien sûr, toute lumière est strictement interdite, donc ne pensez pas à allumer votre portable. Il suffit de longer le mur de droite et au bout de ce qui vous semble être une éternité, vous réémergez enfin dans la lumière : à faire si vous êtes dans le coin. Je continue avec quelques photos supplémentaires du temple.

La ville constitue aussi un bon endroit pour déguster quelques spécialités (bières, saké, soba & une sorte de pain dont j'ai oublié le nom, sorry) et je trouve qu'elle est agréable pour une petite balade, mais je dois reprendre mon voyage en prenant le bus vers Hakuba, et c'est là-bas qu'une grosse surprise m'attend.

Hakuba

Un chouette chalet de montagne m'attend, ça je le savais déjà. Mais ce que j'ignorais, c'est que la neige est aussi de la partie. Les monts sont complètement enneigés, je vois même au loin des stations de ski en fonction alors que je suis toujours dans le bus. Cela tranche franchement avec les plages d'Okinawa et les cerisiers en fleurs de Tokyo et ça me donne la pêche. Hakuba fait partie des principales destinations pour les sports d'hiver japonais. D'ailleurs, c'est ici qu'a eu lieu une partie des jeux olympiques d'hiver de 1998 à en croire les panneaux.

J'en ai forcément profité pour me faire une petite journée de ski alpin, assez onéreuse et pas prévue, mais agréable. Comptez environ 8 000 yens pour la location de skis + équipement (ben oui, sans lunettes, pantalon, etc... j'avais pas prévu de faire du ski, moi) et environ 4 000 yens pour le pass de ski (Hakuba 47, un beau domaine).

Pour ce qui est du ski, j'avais clairement oublié que c'était un sport. Là, quand j'écris ces lignes suite à ma journée, j'ai juste mal partout, mais je m'en suis sorti entier. Ce sera donc Hakuba ma base de voyage pour les 6 prochains jours, là aussi aidé d'une voiture de location.

Monkey snow village

Dans la liste des choses que je souhaitais voir absolument, il y avait forcément le monkey snow village. Un petit chemin de 30 minutes de marche dans la boue, avec une pente plutôt douce, vous amène entre deux montagnes. Ici, les singes (Saru) se baignent dans l'eau chaude des montagnes. C'est vraiment l'un de mes meilleurs moments photos du séjour. Au total, j'y suis bien resté 3 heures. C'est à environ 1 heure de route de Nagano et 1:30 d'Hakuba.

Togakushi

L'autre chose à faire déjà planifiée dans mon séjour est une petite randonnée dans les montagnes. En l’occurrence, sur les conseils de mon hôte, je me rend à Tagakushi. Il s'agit d'un petit chemin dans la montagne, traversant la forêt et menant à une série de petits temples. Les arbres, la neige et le calme rendent le paysage magique. Seules les glissades incontrôlées des visiteurs (et les miennes) troublent cette tranquillité. Le chemin était une véritable patinoire avec à la clé quelques jolies gamelles et un trajet plus long que prévu (50 minutes au lieu de 30 minutes annoncées). Ce fut une expérience belle mais risquée.

L'autre particularité de ce trajet, c'est ces immenses arbres bordant l'ensemble de la seconde partie du chemin. L'impression d'être petit et humble face à cette nature puissante.

Je vous montre quand même l'arrivée puis le petit restaurant de Soba qui se trouve au départ du trajet (les meilleurs que j'ai mangé jusqu’à maintenant, le chemin épuisant y a potentiellement participé). Demain, retour sur Tokyo pour 2 mois, il y aura certainement moins d'articles et de news, je vais bien voir.