Voici venu le dernier jour sur Tokyo avant mon départ pour Okinawa et Nagano. Bon après, c'est un au revoir de courte durée, puisque je reviens dans une semaine et demi pour une période de deux mois.

Je me suis levé avec un objectif en tête : parcourir la ville tranquillement à la recherche de cerisiers en fleurs. Normalement, d'après la météo des cerisiers, c'était aujourd'hui qu'ils devaient éclore (https://sakura.weathermap.jp/en.php). D'ailleurs, dans la rue, on retrouve pas mal de chaînes de télévision en train de faire le point sur le sujet. Mais non, malheureusement pour moi, l’éclosion tant attendue ne sera pas pour aujourd'hui. Alors oui, il y a bien quelques fleurs déjà épanouies, mais pas l'ensemble des cerisiers, et donc pas l'effet Whaou. Espérons qu'ils le restent jusqu'à mon retour sur Tokyo pour que je puisse profiter de cet effet magique.

J'ai donc marché dans Ueno et dans quelques-uns des endroits les plus emblématiques de la ville de Tokyo pour les cerisiers jusqu'au soir, où je décide de me rendre à Meguro river qui est un peu loin (au bout de la ligne H, de souvenir). Les quelques articles et les photos des précédentes années donnent envie. Je me dis qu'avec un peu de chance, il y en aura plus qu'à Ueno. En plus c'est un quartier que je ne connais pas.

Ueno et les deux cerisiers en fleurs, d'où la foule

Quel bonheur de découvrir ce quartier ! Bon, ça sent le bobo et le chic à tout-va, mais le quartier est vraiment agréable. Je déambule à pied le long de la rivière, et, une chose est sûre, c'est qu'elle est vraiment bordée de cerisiers tout le long. Mais, pas de chance pour moi, eux non plus ne sont pas en fleurs.

Alors que je chemine le long du lit de la rivière, j'aperçois de l'autre côté un regroupement de Food trucks. Je continue mon chemin et tombe sur le Starbuck Reserve Rostary (https://goo.gl/maps/cCLBpi3mbok). Ce Starbuck est magnifique, à priori le plus grand du monde ? Non mais c'est de la folie, des gens qui font la queue à n'en plus finir pour rentrer dans un Starbuck... Il est magnifique, d'accord, mais bon. J'ai essayé de faire une photo pour lui rendre hommage, mais ... la photo est ratée.

Je retourne donc de l'autre côté de la rivière pour rejoindre les Food trucks. Chacun possède sa petite spécialité culinaire, locale ou pas, je ne sais pas trop.

Petit camion vendant des bières artisanales, un autre du saké froid, un autre une sorte de ragoût, un autre de la pizza maison,... Et tout cela dans un esprit bon enfant et festif. Bien que n'aimant pas boire seul (car bon, c'est un peu triste), je me décide à prendre une petite bière. La journée de marche aidant, ainsi que l'appellation IPA sur une bière artisanale, je me dis que c'est 500 yen que je ne vais pas regretter. J’achète ma bière, et je navigue au hasard à la recherche d'un compagnon de picole. Sur une table, quelques étrangers restent indifférents à ma solitude, puis ils continuent leur chemin. C'est alors qu'une sympathique personne commence la conversation, celle-là même qui m'avait échangé trois mots au stand de bières. Moi, avec mon japonais inexistant, et elle, avec quelques mots d'anglais, elle me rappelle un peu ma tante Claartje.

C'est ainsi que j'ai fait le connaissance de Tomoko. Elle m'explique qu'il s'agit d'un événement qu'ils effectuent chaque année mais, si j'ai bien compris, habituellement elle vend des vêtements "Organic" (à comprendre "bio"). Si vous êtes à Tokyo pour la période des Sakura et que vous êtes du côté de Meguro le soir, je vous conseille de vous arrêter à ces Food trucks, de prendre une bière et d'échanger avec eux, c'est un des meilleurs moment que j'ai passé pour l'instant.

La fermeture des Food trucks arrivant, nous échangeons nos contacts et, souhaitant continuer la soirée, je me dirige vers un autre quartier que je n'ai jamais fait auparavant : Roppongi. J'ai dans l'idée de réitérer une communication japonais/anglais. Je me rends vite compte que je ne suis pas dans le bon quartier. Je me fait alpaguer par des personnes parlant un anglais parfait pour "aller voir des filles". Rien à voir avec Akihabara et les maids cafés : là, la proposition est vraiment glauque. Je cherche rapidement sur mon téléphone un bar fréquentable et je tombe sur "Brew dog". Je me dis que c'est impossible, et je me rends sur place pour vérifier. Et si, c'est bien un bar "Brew dog" de la même marque qu'une de mes bières préférées. Alors que j'étais sur le départ, je me décide à prendre une bonne bière, une punk IPA par exemple =).

J'en profite pour échanger avec mes voisins de bar, mais ce sont deux anglais. Un courtier américain du Minnesota très sympathique et un scottish avec un fort accent, j'ai pas trop pigé son métier.

Je retourne, avant la fermeture du métro, dans mon quartier : Asakusa. La fermeture du métro est vers 00h00 / 01h00 : ne l'oubliez pas, sinon vous allez marcher.

J'en profite pour redécouvrir ce quartier que je n'aime pas particulièrement. Pourquoi ? Car il est toujours bondé de touristes ingrats et irrespectueux. De plus, la moitié des boutiques sont des attrapes-nigauds :/. Mais là, le quartier est vraiment calme et silencieux. Quelques jeunes et un policier en ronde rompent le silence mais sinon c'est plutôt reposant. J'en profite pour faire quelques photos de nuit, mais n'ayant ni trépied, ni télécommande, il me sera difficile de faire des résultats de fou. N’empêche que cela m'a donné l'envie de revoir les lieux les plus prisés de nuit pour faire de la photo (l'achat d'un peu de matériel photo est en vue).